La confession ?

"Plus personne ne se confesse de nos jours"

Ce que les sciences humaines, les psys notamment, affirment aujourd’hui, l’Église dans sa sagesse l’enseigne et le pratique depuis longtemps : la prise en compte de l’âme, l’importance psychologique de l’aveu, la nécessité de la verbalisation, de la prise en compte de "mon moi " …

 

Toutefois si la confession comporte indéniablement cette dimension psychologique, ce n'est pas pour autant une psychothérapie.  La prêtre n'est pas un psychiatre !

Mais la confession va tout de même bien au-delà. C’est le pardon de Dieu qui est en jeu. C’est parfois plus essentiel encore. Et c’est beaucoup moins cher…



"De toute façon, je n'ai rien à me reprocher"

Cette affirmation est un mensonge qu'on se fait à soi-même pour éviter d'avoir à regarder la réalité en face.

 

Selon l'évangéliste St Jean (1, 8-9) " Si nous disons "Nous n'avons pas péché", nous nous abusons, et la vérité n'est pas en nous. Si nous confessons nos péchés, Dieu est assez fidèle et juste pour nous remettre nos péchés et nous purifier de toute injustice."



"La confession est humiliante et aliénante"

Le prêtre est là pour relever le pécheur, non pour l'écraser.

La confession est un acte d'homme et de femme libre qui ouvre sur une profonde et joyeuse libération.

 

La confession n'entretient pas le remords : elle efface le péché et transforme le remords en joie et action de grâces pour le pardon.

 

Ainsi, elle redonne la paix de l'âme.



"Je n'ai pas envie de me confesser"

 

Pas envie, certes, mais plus le besoin est grand, plus il faut surmonter le manque d'envie et la honte de son péché, pour éviter de continuer à porter ses fautes comme un lourd fardeau ...

 

Ayez foi en l'amour de Dieu !

 

Et allez courageusement demander le pardon de Dieu.



"Je me confesse directement avec Dieu. Le prêtre ne me sert à rien."

Pour être certains que Dieu nous a réellement pardonné, nous avons besoin d'un signe venant de Lui.

Ce signe, c'est le sacrement de la réconciliation, où le prêtre est l'instrument visible du pardon de Dieu.

 

Ce n'est pas le prêtre qui s'attribue le pouvoir de pardonner les péchés, c'est le Christ qui a donné ce pouvoir à certains homme lorsqu'il a dit aux Apôtres, le soir de Pâques : "Remettez les pêchés. Ceux à qui vous les pardonnerez, ils seront pardonnés. Ceux à qui vous les retiendrez, ils seront retenus" (Jean 20,23).



"Je retombe toujours dans les même fautes"

 

Peut-être, mais sans la confession vous auriez commis sans doute des fautes de plus en plus graves.

 

En effet, la grâce de la confession efface les pêchés, mais elle donne aussi lumière et force pour éviter de tomber plus bas et pour progresser vers un amour toujours plus parfait, à l'image du Christ.




RESURREXIT PORTAIL FOI CATHOLIQUE JEROME MUTIN